Skip to main content

Soutenir l’indépendance d’une personne atteinte de démence aussi longtemps que possible

Souvent, lorsqu’une personne tombe malade, ce n’est pas seulement elle qui est touchée, mais toute la famille. Dans le cas d’un diagnostic de démence, cela peut être encore plus vrai en raison des soins requis par les proches pour soutenir une personne atteinte de démence, dont la capacité à s’occuper d’elle-même diminue au fur et à mesure que la maladie progresse.

Pour Eric Booth et sa sœur, la priorité était d’aider leur mère, Norma, à vivre de manière aussi autonome que possible, le plus longtemps possible. Pendant 12 ans, Norma a vécu seule, atteinte de démence. Eric admet que cela n’a pas été facile, mais rien d’important ne l’est jamais vraiment. « La démence n’empêche pas quelqu’un de vivre seul, explique Eric, mais il faut s’adapter pour voir si la personne est capable de vivre seule.

La famille a compris qu’il était important que sa mère conserve son indépendance tout au long de son parcours dans la démence et a donc travaillé avec diligence et créativité pour s’adapter à sa situation. « En tant qu’aidant, vous devez réagir en fonction de l’évolution de la situation », explique Eric. Cette réaction a évolué au fil du temps et s’est traduite par l’installation de caméras pour surveiller sa sécurité, la livraison de repas pour qu’elle n’ait pas à cuisiner et la distribution quotidienne de médicaments.

Eric souligne l’importance de ne pas oublier la personne : « Il faut la traiter comme si elle était toujours là », dit-il. « L’impliquer dans le processus a rendu les choses plus faciles… Essayer d’imposer des choses à une personne atteinte de démence ne la rendra pas heureuse, ce qui ne vous rendra pas heureux ».

Finalement, le risque que Norma vive seule l’a emporté sur les avantages et ils ont dû envisager une maison de retraite pour elle. Le problème, c’est que si elle avait un plan pour ses besoins financiers et médicaux, elle n’avait rien articulé sur le type de maison de retraite dans laquelle elle souhaitait vivre, laissant Eric et sa sœur discuter de ce qu’ils pensaient être l’environnement idéal pour leur mère.

Chacun ayant sa propre version de la maison idéale pour elle, ils ont débattu de l’importance de la taille des chambres par rapport aux espaces communs, du coût par rapport à la qualité des soins et des centaines d’autres éléments à prendre en compte. Heureusement pour eux, ils ont trouvé la maison de retraite Richmond Care Home, qui répondait à la plupart de leurs attentes en termes de qualité des soins, de prix abordable tout compris, de maison de retraite exclusive pour les personnes atteintes de démence et de facilité d’accès.

De plus, le fait que la maison soit située à proximité d’Eric, à Richmond (Ontario), à seulement 15 minutes de Kanata et 30 minutes d’Ottawa, signifiait qu’ils pouvaient la voir quand ils le voulaient. Souvent, les personnes qui s’occupent de personnes atteintes de démence ont du mal à trouver un foyer pour leur proche qui leur offre le même niveau de soins qu’eux. L’un des avantages de Richmond Care Home est qu’il s’agit d’une maison de retraite exclusivement réservée aux femmes atteintes de démence, qui se sent comme chez elle.

De plus, comme elle est gérée par Carefor, une association à but non lucratif, son coût est bien inférieur à celui d’autres maisons de retraite comparables pour les personnes atteintes de démence.

Pour plus d’informations sur le Richmond Care Home, visitez notre site web.